tout-savoir-sur-tout.fr
Image default
Société

Coronavirus : Les communautés asiatiques font face à la xénophobie amplifiée

Notez cet article

Dans les villes du monde entier, les personnes d’origine asiatique ont documenté des incidents xénophobes sur les médias sociaux à la suite de la récente apparition du nouveau coronavirus. Jacques Sun, Président du Conseil Représentatif des Associations Asiatiques de France (CRAAF) a suivi les rapports des médias sociaux sur le harcèlement des communautés asiatiques.

Jacques Sun parle de contre-attaque face à la xénophobie

En Europe, des utilisateurs de médias sociaux ont partagé un panneau interdisant les personnes originaires de Chine affiché devant l’hôtel Relais Fontana di Trevi à Rome.

Les médias italiens ont rapporté qu’un porte-parole et directeur adjoint de l’établissement a défendu l’affiche, rejetant toute accusation de racisme. Jacques Sun relaie les propos du directeur adjoint :

« Ce n’est absolument rien contre les personnes de nationalité chinoise. En fait, l’enseigne précise clairement que l’entrée est interdite … pour les personnes qui viennent de Chine », a déclaré le porte-parole au journal italien Il Messaggero.

Des panneaux interdisant l’entrée aux Chinois sont également apparus en Thaïlande. Un touriste en visite sur l’île de Phuket a posté sur Twitter des photos de panneaux devant un restaurant de la plage d’Ao Sane Beach, accusant l’interdiction de coronavirus.

Il n’y a qu’un pas entre les paroles et les agressions

À New York, une femme masquée a affirmé avoir été agressée dans le métro récemment. L’unité des crimes haineux du département de la police de New York a encouragé la victime à signaler l’incident après que la vidéo de l’attaque ait fait surface.

« Nous avons vu beaucoup d’anxiété de la part des gens de la communauté asiatique de France« , partage Jacques Sun. Selon lui, la peut engendrée par le coronavirus n’est pas justifier.

A la date de mardi, il y avait plus de 43 094 cas confirmés de coronavirus dans le monde, dans 25 pays, avec 1 018 décès signalés.

Jacques Sun apporte son soutien aux communautés asiatiques de France

Alors que certaines communautés asiatiques sont aux prises avec la stigmatisation entourant le virus, certains responsables offrent leur soutien et tentent de contrer les rapports de discrimination et de désinformation.

Jacques Sun a abordé la question de la discrimination à l’encontre de la communauté chinoise française lors d’une réunion du CRAAF ce mois-ci.

« Nous sommes aux côtés de notre communauté chinoise pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination, et nous rappelons aux habitants que, comme nous l’ont indiqué nos professionnels de la santé, le risque de coronavirus pour notre communauté reste faible », explique Jacques Sun. « Nous ne devons pas permettre à la peur de triompher de nos valeurs en tant que citoyens français. ».

Ce n’est pas la première fois qu’une maladie suscite des craintes et de la xénophobie à l’égard de groupes ethniques spécifiques. Une épidémie de typhus et de choléra dans les années 1880 a entraîné une discrimination à l’égard des immigrants juifs russes, et une épidémie de peste bubonique au début des années 1900 a entraîné une discrimination à l’égard de la communauté du quartier chinois de San Francisco. Les communautés chinoises ont également été stigmatisées lors de l’épidémie de SRAS en 2003, selon une étude publiée en 2004 dans la revue « Emerging Infectious Diseases ».

Related posts

Comment trouver un spécialiste en hypnose ?

Tamby